• Accueil
  • > Recherche : programmation jam marseille

VEN 14 SEPTEMBRE 2018 – FLORENS/BELMONDO/BRAMERIE (Jazz)

THIRD SUNDAY DIM 18 Février 2018

 

DEUX CONCERTS EXCEPTIONNELS !
RESERVATION OBLIGATOIRE par sms au 06 09 53 4041
Henri Florens – Piano
Lionel Belmondo – Saxophones
Thomas Bramerie – Contrebasse

Ce sont sont bien deux soirées concerts exceptionnelles que vous propose le Jam Marseille ces Jeudi 13 et Vendredi 14 Septembre 2018 ! La réunion de ces trois musiciens extraordinaires est véritablement précieuse … Si Henri Florens est un habitué de la scène du Jam, notons que c’est avec un grand honneur que nous accueillerons pour la toute première fois un des plus grands saxophonistes français, Lionel Belmondo et l’incroyable Thomas Bramerie à la contrebasse.

Lionel Belmondo
https://youtu.be/EvWepaAnqFQ

Lionel Belmondo saxophoniste ténor, alto, flutiste, compositeur et arrangeur français de jazz. Il est également le frère de Stéphane Belmondo.

La musique a toujours été présente dans la famille Belmondo. Yvan, le père de Lionel Belmondo, était un saxophoniste de métier et directeur de l’école de musique locale. Il a ainsi inculqué à ses deux garçons le sens de l’exigence et le goût pour toutes les formes de musique.

Lionel Belmondo débute son apprentissage musical au piano puis rapidement adopte le saxophone pour instrument principal. Parmi ses influences musicales, on compte notamment les saxophonistes John Coltrane, Yusef Lateef et Dexter Gordon.

Preuve de son amour pour la musique, il crée en 1979 le big band de l’armée de l’air pendant son service militaire puis il accède en 1982, à 19 ans, à la direction de l’école de Musique du Centre Var.

En 1985, il monte le big band départemental du Var avec l’appui de son père puis l’année suivante il crée le premier festival de jazz d’Hyères, sur la Côte d’Azur, dont la programmation fait cohabiter les talents régionaux et les stars du jazz.

C’est en 1990 que Lionel Belmondo décide de s’installer à Paris. Il rejoint alors son frère et intègre l’orchestre du compositeur Michel Legrand qui le fait participer à plusieurs séances d’enregistrement de bandes-son de films.

L’année suivante, le saxophoniste est engagé par le trompettiste Éric Le Lann dans un quintet aux côtés du pianiste Jean-Michel Pilc et du bassiste Richard Bona. Ensemble, ils feront plusieurs tournées à l’étranger.

Sur un coup de tête Lionel Belmondo crée en 1992 avec le saxophoniste François Théberge le Big Band Belmondo qui se produit les lundis soirs au Duc des Lombards. L’artiste prend aussi part au « Big One » de Jean-Michel Pilc et au quintet du batteur Simon Goubert dans lequel joue aussi son frère Stéphane.

En 1993, les deux frères Belmondo décident de former un quintet sous leur nom et pour lequel Lionel décide de se consacrer exclusivement. Le groupe enregistre même cette année-là son premier album.

En 1994, ils sont invités à rejoindre le groupe de Dee Dee Bridgewater pour une tournée consacrée au répertoire de Horace Silver.

C’est cette même année qu’ils réalisent leur deuxième album en Quintet intitulé « For All Friends » et se voient décerner le Prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz, récompensant le meilleur jazzman français de l’année.

A partir de 1997, Lionel Belmondo décide de se consacrer à l’enseignement. Il assume alors la direction pédagogique de l’IACP, une école de musique à destination de futurs musiciens professionnels qui ont choisi le jazz.

Pourtant, en plus de ses activités pédagogiques, Lionel Belmondo forme le groupe Sax Generations, un ensemble comprenant douze saxophones. Puis il participe au septet du trompettiste Jean-Loup Longnon, et contribue à animer le big band de l’arrangeur Christophe Dal Sasso avec lequel il s’est produit au Festival de Marciac.

En 2003, Lionel Belmondo retrouve la scène. Si le quintet continue d’occuper une place importante dans sa carrière, c’est du côté de l’écriture et de l’arrangement que son intérêt se porte principalement.

En 2005, il poursuit son projet débuté en 2003 avec la publication du double-album Influence. En 2008, cherchant toujours à dépasser les frontières entre catégories de musique, l’artiste rend hommage à une grande figure de la « Musica Popular Brasileira » puisque Milton Nascimento rejoint les Belmondo en studio pour interpréter certaines de ses compositions.

En 2011 Lionel Belmondo publie un autre album avec l’ensemble Hymne au Soleil et s’engage par la suite dans le développement de B-Flat Recordings qu’il a créé avec son frère.

Désormais internationalement reconnu, Lionel Belmondo continue d’enrichir sa discographie, ne cessant de développer son jeu lyrique et mélodique !

Thomas Bramerie
https://youtu.be/gJbgWYsneeM

Thomas Bramerie est depuis longtemps l’un des meilleurs bassistes de jazz de l’hexagone. Son instrument porte et rythme la musique mais chante aussi des mélodies, le bassiste devenant ainsi un des solistes de l’orchestre, une de ses voix mélodiques. Son nom revient souvent dans ce blogdeChoc car, très demandé, Thomas a enregistré et joué avec de nombreuses formations. Comment oublier “Five in Green” (IDA) enregistré en trio à Brooklyn en 2002 avec Bruce Cox et Olivier Hutman, un disque de ce dernier. “Always Too Soon” (Cristal) d’Hervé Sellin en 2017 et “Twenty” (Bonsaï Music), cosigné avec André Ceccarelli et Jean-Michel Pilc en 2014, comptent parmi mes Chocs de l’année. Thomas est aussi le bassiste de “Love For Chet” (Naïve) un opus en trio de Stéphane Belmondo consacré au répertoire du regretté Chet Baker, et de “Unknown” (Crescendo), le disque le plus récent de Pierrick Pédron.

Henri Florens
https://youtu.be/Ip1E8LNulcQ

Sa technique, sa culture et son univers particuliers classent Henri Florens parmi les musiciens qui perpétuent l’excellence du jazz. Accompagnateur hors pair à la carrière vertigineuse, sa contribution musicale est remarquable, que ce soit aux côtés de légendes telles que Chet Baker, Roy Haynes, Eddie Gomez, Bill Coleman, Dizzy Gillespie, Barney Wilen, des frères Belmondo, du Jazz Hip trio…

Son 1er disque solo reflète son univers musical intime, empreint de sa passion pour Art Tatum, Cole Porter ou Bill Evans, riche de ses propres compositions et de son goût immodéré pour le répertoire de Chopin. Cet album rend hommage à son ami François Chassagnite.

PRESSE

« Henri Florens, magnifique musicien anti-spectaculaire dont la phrase à l’articulation louvoyante, audacieuse souvent, jamais banale harmoniquement et rythmiquement, est un vrai régal. »
Jazz magazine

« D’une sensibilité remarquable, artisan généreux du clavier, Henri Florens fait, auprès des connaisseurs, figure de musicien légendaire. [...] Tout l’or du piano sous les doigts de ce poète magicien qui ne s’autorise, musicalement, rien d’autre que l’essentielle beauté. »
Dauphiné libéré

JEU 13 SEPTEMBRE 2018 – FLORENS/BELMONDO/BRAMERIE (Jazz)

THIRD SUNDAY DIM 18 Février 2018

DEUX CONCERTS EXCEPTIONNELS !
RESERVATION OBLIGATOIRE par sms au 06 09 53 4041
Henri Florens – Piano
Lionel Belmondo – Saxophones
Thomas Bramerie – Contrebasse

Ce sont sont bien deux soirées concerts exceptionnelles que vous propose le Jam Marseille ces Jeudi 13 et Vendredi 14 Septembre 2018 ! La réunion de ces trois musiciens extraordinaires est véritablement précieuse … Si Henri Florens est un habitué de la scène du Jam, notons que c’est avec un grand honneur que nous accueillerons pour la toute première fois un des plus grands saxophonistes français, Lionel Belmondo et l’incroyable Thomas Bramerie à la contrebasse.

Lionel Belmondo
https://youtu.be/EvWepaAnqFQ

Lionel Belmondo saxophoniste ténor, alto, flutiste, compositeur et arrangeur français de jazz. Il est également le frère de Stéphane Belmondo.

La musique a toujours été présente dans la famille Belmondo. Yvan, le père de Lionel Belmondo, était un saxophoniste de métier et directeur de l’école de musique locale. Il a ainsi inculqué à ses deux garçons le sens de l’exigence et le goût pour toutes les formes de musique.

Lionel Belmondo débute son apprentissage musical au piano puis rapidement adopte le saxophone pour instrument principal. Parmi ses influences musicales, on compte notamment les saxophonistes John Coltrane, Yusef Lateef et Dexter Gordon.

Preuve de son amour pour la musique, il crée en 1979 le big band de l’armée de l’air pendant son service militaire puis il accède en 1982, à 19 ans, à la direction de l’école de Musique du Centre Var.

En 1985, il monte le big band départemental du Var avec l’appui de son père puis l’année suivante il crée le premier festival de jazz d’Hyères, sur la Côte d’Azur, dont la programmation fait cohabiter les talents régionaux et les stars du jazz.

C’est en 1990 que Lionel Belmondo décide de s’installer à Paris. Il rejoint alors son frère et intègre l’orchestre du compositeur Michel Legrand qui le fait participer à plusieurs séances d’enregistrement de bandes-son de films.

L’année suivante, le saxophoniste est engagé par le trompettiste Éric Le Lann dans un quintet aux côtés du pianiste Jean-Michel Pilc et du bassiste Richard Bona. Ensemble, ils feront plusieurs tournées à l’étranger.

Sur un coup de tête Lionel Belmondo crée en 1992 avec le saxophoniste François Théberge le Big Band Belmondo qui se produit les lundis soirs au Duc des Lombards. L’artiste prend aussi part au « Big One » de Jean-Michel Pilc et au quintet du batteur Simon Goubert dans lequel joue aussi son frère Stéphane.

En 1993, les deux frères Belmondo décident de former un quintet sous leur nom et pour lequel Lionel décide de se consacrer exclusivement. Le groupe enregistre même cette année-là son premier album.

En 1994, ils sont invités à rejoindre le groupe de Dee Dee Bridgewater pour une tournée consacrée au répertoire de Horace Silver.

C’est cette même année qu’ils réalisent leur deuxième album en Quintet intitulé « For All Friends » et se voient décerner le Prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz, récompensant le meilleur jazzman français de l’année.

A partir de 1997, Lionel Belmondo décide de se consacrer à l’enseignement. Il assume alors la direction pédagogique de l’IACP, une école de musique à destination de futurs musiciens professionnels qui ont choisi le jazz.

Pourtant, en plus de ses activités pédagogiques, Lionel Belmondo forme le groupe Sax Generations, un ensemble comprenant douze saxophones. Puis il participe au septet du trompettiste Jean-Loup Longnon, et contribue à animer le big band de l’arrangeur Christophe Dal Sasso avec lequel il s’est produit au Festival de Marciac.

En 2003, Lionel Belmondo retrouve la scène. Si le quintet continue d’occuper une place importante dans sa carrière, c’est du côté de l’écriture et de l’arrangement que son intérêt se porte principalement.

En 2005, il poursuit son projet débuté en 2003 avec la publication du double-album Influence. En 2008, cherchant toujours à dépasser les frontières entre catégories de musique, l’artiste rend hommage à une grande figure de la « Musica Popular Brasileira » puisque Milton Nascimento rejoint les Belmondo en studio pour interpréter certaines de ses compositions.

En 2011 Lionel Belmondo publie un autre album avec l’ensemble Hymne au Soleil et s’engage par la suite dans le développement de B-Flat Recordings qu’il a créé avec son frère.

Désormais internationalement reconnu, Lionel Belmondo continue d’enrichir sa discographie, ne cessant de développer son jeu lyrique et mélodique !

Thomas Bramerie
https://youtu.be/gJbgWYsneeM

Thomas Bramerie est depuis longtemps l’un des meilleurs bassistes de jazz de l’hexagone. Son instrument porte et rythme la musique mais chante aussi des mélodies, le bassiste devenant ainsi un des solistes de l’orchestre, une de ses voix mélodiques. Son nom revient souvent dans ce blogdeChoc car, très demandé, Thomas a enregistré et joué avec de nombreuses formations. Comment oublier “Five in Green” (IDA) enregistré en trio à Brooklyn en 2002 avec Bruce Cox et Olivier Hutman, un disque de ce dernier. “Always Too Soon” (Cristal) d’Hervé Sellin en 2017 et “Twenty” (Bonsaï Music), cosigné avec André Ceccarelli et Jean-Michel Pilc en 2014, comptent parmi mes Chocs de l’année. Thomas est aussi le bassiste de “Love For Chet” (Naïve) un opus en trio de Stéphane Belmondo consacré au répertoire du regretté Chet Baker, et de “Unknown” (Crescendo), le disque le plus récent de Pierrick Pédron.

Henri Florens
https://youtu.be/Ip1E8LNulcQ

Sa technique, sa culture et son univers particuliers classent Henri Florens parmi les musiciens qui perpétuent l’excellence du jazz. Accompagnateur hors pair à la carrière vertigineuse, sa contribution musicale est remarquable, que ce soit aux côtés de légendes telles que Chet Baker, Roy Haynes, Eddie Gomez, Bill Coleman, Dizzy Gillespie, Barney Wilen, des frères Belmondo, du Jazz Hip trio…

Son 1er disque solo reflète son univers musical intime, empreint de sa passion pour Art Tatum, Cole Porter ou Bill Evans, riche de ses propres compositions et de son goût immodéré pour le répertoire de Chopin. Cet album rend hommage à son ami François Chassagnite.

PRESSE

« Henri Florens, magnifique musicien anti-spectaculaire dont la phrase à l’articulation louvoyante, audacieuse souvent, jamais banale harmoniquement et rythmiquement, est un vrai régal. »
Jazz magazine

« D’une sensibilité remarquable, artisan généreux du clavier, Henri Florens fait, auprès des connaisseurs, figure de musicien légendaire. [...] Tout l’or du piano sous les doigts de ce poète magicien qui ne s’autorise, musicalement, rien d’autre que l’essentielle beauté. »
Dauphiné libéré

Le JAM Marseille

LE JAM – 42 rue des Trois Rois 13006 Marseille (La Plaine)
PAF : 10€ + 3€ d’adhésion à l’association.
Réservations par SMS au : 06 09 53 40 41 (Henri)
Concert à 20h30 / Ouverture des portes à 19h30.
Assiettes et boissons sur place.
Métro Notre-Dame-Du-Mont / Parking Jean Jaurès

Programmation : prog.lejam@gmail.com

 

Clipfr |
Lilystardust |
NOCKSY LARRY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Music972world
| Romain stoffel
| Breezusimha