MOSES PATROU 22 Février 2018

 

Dans le cadre du Festival Jazz Is The Answer #2 – 24/28 Octobre 2018

CONCERT D’OUVERTURE DU FESTIVAL – LA RELEVE !

Julien Marga Quartet

Julien Marga – Guitare
Geoffrey Florese – Piano
Jordi Cassagne – Contrebasse
Lucas Vanderputten – Batterie

Julien Marga est bien à placer dans la catégorie “sang neuf prometteur” du jazz. Avec son quartet composé de jeunes talents de la scène belge et française, il déroule un jazz subtil, raffiné, un régal d’esthétisme qui n’est pas sans rappeler quelques illustres “guitar leaders” tels que Pat Metheny ou Bill Frisell… »

Habitués de la scène belge et française (Les Lundis D’Hortense, Jazz à Liège, Jazz à Vienne, The Music Village, Jazz Station, Sunset/Sunside, Tourcoing Jazz Festival, Le Phénix Scène Nationale Valenciennes, Jazz Club de Dunkerque…), nous avons notamment remporté les Trophées du Sunside 2016, et avons fait partie des finalistes du tremplin ReZZo lors de Jazz à Vienne 2017.

Voici également quelques liens permettant de découvrir ce nouvel album :
Clip de sortie d’album :
https://www.youtube.com/watch?v=bHb_okxL0II
Vidéos live (avec Amaury Faye au piano) :
https://www.youtube.com/watch?v=pjfhPmKrtUE
https://www.youtube.com/watch?v=HtXPV__e_4U
Extraits audios :
https://soundcloud.com/julienmargaquartet/03-hypnosis/s-MNkQv
https://soundcloud.com/julienmargaquartet/04-lawns/s-5eB35
https://soundcloud.com/julienmargaquartet/nouvel-album-hypnosis-1m57
Chronique de concert au Sunset (Janvier 2017) par JazzMagazine :
http://www.jazzmagazine.com/julien-marga-retour-sunside/

La presse en parle :
« La bande des quatre fuit les esbroufes ostentatoires et la virtuosité stérile. Cet album dégage charme et délicatesse » (Christian Larrède – Musique et Culture)
« Le Jazz nouvelle génération arrive » (Romain Decoret – Guitarist Acoustic)
« L’un des points forts reste l’entente télépathique entre le guitariste et son pianiste Geoffrey Fiorese (…)Ils sont bousculés par une section rythmique qui ne les lâche pas une seconde (…) Son lyrisme chaleureux, épuré, marque une prédilection pour les atmosphères aériennes, planantes, avec une mise en place particulière qui donne l’impression de voler au-dessus de la mêlée. La construction de ses chorus donne d’ailleurs assez souvent la sensation d’une montée vers les hautes altitudes. »
(Jean-François Mondot – Jazz Magazine)