Impression

INTERACTIVE SOCIETY TRIO
BEAT POETRY & FREE JAZZ

Steve DALACHINSKY (voix et textes),
Sabir MATEEN (saxophones, clarinettes, flûtes, voix),
Simon SIEGER (piano & tuba)

+ GUESTS:
Yuko OTOMO (poésie),
Thomas WEIRICH (guitare),
Maxime BRIARD (batterie)

A l’occasion de la venue de Sabir Mateen (saxophones, flutes, clarinettes, voix) et Steve Dalachinsky (poète) deux artistes emblématiques de la scène new-yorkaise du Jazz d’avant-garde, Simon Sieger (Piano & tuba) les rejoint accompagné par ses complices pour une première mondiale. Il sera le passeur entre la génération des jazzmen issus des années 50 et la scène locale marseillaise et alentours du jazz et de la musique improvisée. Mélange des genres, texte, voix, musique. Mélange des générations et des cultures. Des énergies multiples en chacun, prêtes à se croiser, à se relier, s’enraciner et se développer dans l’instant.

Né le 16 avril 1951 Sabir MATEEN est musicien et compositeur originaire de Philadelphie, issu de la mouvance « Avant-garde Jazz ». Percussionniste à l’origine, il joue de la flûte à l’adolescence puis passe à l’alto et au saxophone ténor. Dans les années 70, il part vivre à Los Angeles où il joue avec Horace Tapscott et le Pan-Afrikan People Arkestra. Dans les années 80, de retour à Philadelphie, il joue avec deux musiciens avec qui il collabore toujours aujourd’hui, Sunny Murray et Raymond A.King et aussi Monette Sudler, Bill Lewis et beaucoup d’autres. Il poursuit son apprentissage avec Byard Lancaster. En 1989, il rejoint New-York et acquiert une renommée internationale en se produisant et en enregistrant avec Cecil Taylor, les ensembles de William Parker (Little Huey Creative Music Orchestra & The Inside Songs Of Curtis Mayfield), Alan Silva, Wilber Morris, Jemeel Moondoc, Charles Downs (Rashid Bakr), Marc Edwards, Mark Whitecage, Raphe Malik, Dave Burrell, Butch Morris, Henry Grimes, Kali Z. Tom Bruno, Roy Campbell, Daniel Carter, Steve Swell The Sun Ra Arkestra, Frode Gjerstad, William Hooker, Raphe Malik, Marc Edwards, Jemeel Moondoc, William Hooker, Hamid Drake et beaucoup d’autres. Il est fondateur du groupe TEST qui réunit Daniel Carter, Matthew Heyner et Tom Bruno, The Sabir Mateen Ensemble, Omni-Sound, Trio Sabir, and Juxtapositions. Il se produit en solo et en duo avec Matthew Shipp et Hilliard Greene. Les collaborations de Sabir Mateen sont historiques et multiples ; il s’est produit sur toutes les scènes majeures du jazz aux Etats-Unis, en Afrique, au Japon ainsi qu’en Europe. Depuis 2013, Sabir Mateen vit en Italie, à Bologne.

A écouter : Urdla XXX (Solo, RogueArt, 2010), The Sabir Mateen Jubilee Ensemble (Not Two, 2013), Blood Trio : Understory (Not Two, 2013), Our Lady of the Flowers (RogueArt, 2015), Sabir Mateen & William Simone : Joys (577 Records, 2016) et Collective Four (For tune, 2016).

Né en 1946 à Brooklyn, Steve DALACHINSKY est poète de la scène du New-York downtown. Il y vit avec son épouse, la peintre et poétesse Yuko OTOMO. Sa poésie est inspirée par le jazz et il l’interprète sur scène avec un grand nombre de musiciens parmi lesquels William Parker, Susie Ibarra, Matthew Shipp, Roy Campbell, Daniel Carter, Sabir Mateen, Mat Maneri, Federico Ughi, Loren Mazzacane Connors, Rob Brown, Tim Barnes and Jim O’Rourke. Il s’est produit à la plupart des éditions du Vision à New York, festival de Jazz d’Avant-Garde impliquant beaucoup de ces musiciens. Son œuvre a été publiée dans de nombreuses revues et magazines : Big Bridge, Milk, Unlikely Stories, Xpressed, Ratapallax, Evergreen Review, Long Shot, Alpha Beat Soup, Xtant, Blue Beat Jacket, N.Y. Arts Magazine, Tribes, The Helix, 6×6, Cannot Exist, Home Planet News, Polisz, Unarmed, The GW Review, Gare Maritime, Alternating Current, Bathtub Gin, 88, The Wandering Hermit Review, Mima’amakim, Lost and Found Times. Il a publié dans les anthologies : Beat Indeed, The Haiku Moment, Up is Up But So is Down : NYU Downtown Literary Anthology, Unbearables anthologies: Help Yourself, The Worse Book I Ever Read, The Big Book of Sex et le fameux Outlaw Bible of American Poetry. Steve Dalachinsky a écrit les notes des pochettes pour les albums d’Anthony Braxton, Charles Gayle, James « Blood » Ulmer, Rashied Ali, Roy Campbell, Matthew Shipp et Roscoe Mitchell. Il donne de nombreuses lectures aux U.S.A., au Japon et en Europe et tient également une chronique dans The Brooklyn Rail. Ses derniers enregistrements sont des collaborations avec le saxophoniste Dave Liebman, la contrebassiste Joëlle Léandre et le groupe de rock expérimental français The Snobs.

A écouter : The Bill Has Been Paid, avec Joëlle Léandre (Dark Tree Records, 2013), ec(H)o – system, avec The Snobs, (Bam Balam records, 2015), The Fallout of Dreams (2014, Rogue Art.

A lire : « Complete Notes From A Charles Gayle Notebook 1987-2006 » (Ugly Duckling Presse, 2006), livre qui a reçu le Josephine Miles PEN National Book Award, « Logos and Language », co-écrit avec le pianiste Matthew Shipp (RogueArt 2008), « Reaching Into The Unknown », collaboration avec le photographe Jacques Bisceglia (RogueArt 2009), « Christ Amongst the Fishes » (Collages, Oilcan Press 2009), « Insomnia Poems » (Propaganda Press 2009), «Invasion of the Animal People» (Propaganda Press 2010), «The Mantis: collected poems for Cecil Taylor 1966-2009» (Iniquity Press 2011), «Trustfund Babies» (Unlikely Stories Press The Veiled Doorway & St. Lucie (Unarmed Press 2012) et « Long Play E.P. » (Corrupt Press, 2012).

Pianiste et multi instrumentiste (tuba, accordéon), Simon SIEGER travaille sur le dialogue dans l’improvisation et notamment dans le jazz. A 31 ans, il est titulaire d’un Master de musicologie et d’une thèse sur la philosophie de l’improvisation (2015). Sa démarche l’a conduit à s’intéresser au jazz à s’intéresser au jazz dans son histoire longue, de ses débuts jusqu’à sa forme plurielle, de ses débuts jusqu’à sa forme plurielle actuelle, et à considérer toute musique comme une pratique à la fois sociale et sémiologique. Pour lui, la plus grande liberté est celle d’avoir le choix de se fixer des contraintes, dans lesquelles exprimer une musique absolument sincère et spontanée. En 2010, il intègre la Compagnie Nine Spirit fondée par Raphaël Imbert qui lui permet d’expérimenter tant sur le plan musical que musicologique. En 2013, il a collaboré au projet d’Archie Shepp, le disque Attica Blues live, I hear the sound, en participant à l’arrangement et au film issu de la production : The Sound before the Fury réalisé par Lola Frederich et Martin Sarrazac. Aujourd’hui, il poursuit ses recherches dans des domaines aussi variés que la programmation informatique, l’épistémologie ou l’électronique, pour tenter de s’inventer un langage imaginaire intelligible.
A écouter : Heavens, avec Raphaël Imbert, le quatuor Manfred (Harmonia Mund, 2013),. »Thèmes et Variations » en duo avec le guitariste Thomas Weirich (2014) sur le label Durance, Music is my Home, avec Raphaël Imbert, Alabama Slim, Big Ron Hunter, Leyla McCalla et Anne Paceo,Harmonia Mund, 2015).